Politique
publié le 4 décembre 2018
Législatives au Togo : lourdes responsabilités sur les épaules de la classe dirigeante et de l’opposition plurielle / Editorial de Céphas Le Vert
vendredi 7 décembre 2018,

Comme annoncé par le Gouvernement suivie par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), la campagne électorale en vue des prochaines législatives a bel et bien été mise en branle en ce jour du 4 décembre 2018. Les autorités ont mis le paquet en prenant les mesures sine qua non qui s’imposent pour le bon déroulement de la campagne de charme. Le ministre de la sécurité et de la protection civile, Général Damehame Yark, a d’ailleurs rassuré les populations sur toute l’étendue du territoire en ce qui concerne le maintien de l’ordre et de la sécurité dans les coins et recoins du 228.

Il a convié tout le peuple à garder son calme ordinaire et légendaire et a affirmé que les uns et les autres n’ont qu’à vaquer, comme de coutume, à ses occupations, les mesures idoines, à en croire le Général, étant parfaitement prises pour qu’aucun être ou phénomène ne vienne troubler la vie de quiconque. Il a de surcroît, au passage, mis en garde les éventuels petits malins et lâches fauteurs de trouble contre toute action perverse.

Au niveau des partis politiques engagés dans la compétition électorale, c’est l"effervescence . Depuis que le signal a été lancé par le président de la structure organisatrice du scrutin, ces formations, quasiment, se sont lancées, à corps perdu, dans la danse.

Les observateurs du marigot politique togolais attendent , maintenant, de voir comment se passera la campagne de charme et l’issue du processus électoral. Ils scrutent les faits et gestes des protagonistes politiques y compris les comportements de ceux qui ont appelé au boycott. Ces législatives se déroulant dans une atmosphère particulière, les acteurs politiques sont donc épiés par les représentants des grandes chancelleries mondiales et de ceux des institutions internationales installés à Lomé, la capitale.

Les grands yeux sont, par conséquent , rivés sur le Togo.

Ainsi, le Gouvernement a le devoir sacré de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que les citoyens qui sont "allergiques" à tout ce qui est relatif à ce scrutin législatif et qui suivront les politiques qui ont décidé démocratiquement et librement, sans contrainte et de leur plein gré de le boycotter, de mener une vie normale et réglo. De même, il ne doit pas non plus lésiner sur les moyens pour que ceux qui sont partant pour le rendez-vous électoral vivent dans leur cadre de tous les jours dans la quiétude. Les assurances et garanties du Général Yark restent donc à être prouvées durant l’épreuve.

Relativement aux tenants de la ligne dure du boycott, le peuple togolais, dans son ensemble, les observent sagement et espèrent que leur démarche le sortira de l’ornière. Bien que pour certains spécialistes du paysage politique du pays cette stratégie du refus de participer aux législatives est similaire à un couteau à double tranchants qui pourrait inéluctablement se retourner contre ses auteurs en leur portant , à moyen ou long terme, un coup de boutoir et qui, politiquement, enverrait , certains parmi cette coalition hétéroclite, ad patres.

Dans tous les cas, la vie des populations se trouve entre les mains de leur classe politique : pouvoir et opposition plurielle.

Céphas Le Vert

Rtt

© Klinklin.info - Mentions légales | Contacts | Régie Publicitaire

Journal d'information en ligne, Klinklin.info offre à ses visiteurs un panorama complet de l'actualité. Découvrez chaque jour toute l'info en direct (de la politique à l'économie en passant par le sport et la santé) sur Klinklin.info, le site de news leader de la presse togolaise en ligne.